mercredi 20 février 2019

Interview d'Arash Derambarsh sur RTL - Gaspillage Alimentaire


Landes : une plainte déposée contre un supermarché accusé de jeter des denrées consommables. C'est une 1ère en France. Maîtres Arash Derambarsh et Thierry Vallat pointent du doigt un magasin Leclerc de Mimizan-Plage, accusé d'avoir jeté "l'équivalent de 50kg de nourriture consommable", aspergée de détergeant. Pour la première fois en France, une plainte a été déposée contre un supermarché accusé de ne pas respecter la loi en vigueur depuis 3 ans, qui interdit les grandes surfaces de plus de 400 m2 de jeter de la nourriture et de rendre leurs invendus impropres à la consommation.

Me Arash Derambarsh, avocat au barreau de Paris, est à l'origine de cette plainte qui vise le supermarché Leclerc de Mimizan-Plage, dans les Landes. Accompagné de son confrère Thierry Vallat, également de Paris, il a fait constater lundi 4 février devant les poubelles du magasin que "l'équivalent de 50 kg de nourriture consommable", légumes, yaourts, viande, croissants et chocolatines, était jetée et aspergée de désinfectant. Les dates de péremption étaient du 4 février, a-t-il précisé. "Là on a de la nourriture qui est tout à fait consommable pour de la soupe, le petit-déjeuner, le déjeuner, le dîner", assure-t-il au micro de RTL. "Ça pouvait être comestible, et bien non ils ont préféré mettre ça à la poubelle, et pire, y ajouter de l'eau de javelle. C'est le comble de l'absurde", dénonce l'avocat, militant anti-gaspillage.

10 millions de repas distribués grâce à la loi

Celui qui est l'un des initiateurs de la loi contre le gaspillage anti-alimentaire votée le 3 février 2016 rappelle ses bienfaits. "Grâce à cette loi, il y a eu une augmentation de plus de 22% du don alimentaire en France. Plus de 10 millions de repas sont distribués par an", poursuit Arash Derambarsh.

"Mais les supermarchés continuent à ne pas jouer le jeu et à ne pas appliquer cette loi. Ce n'est plus admissible. Donc maintenant on va porter plainte. 2019 signera l'application de cette loi", conclut-il. Les magasins qui ne respectent pas les règles risquent une amende de 3.750 euros.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire